Julika Mayer Hors les murs

Publié le par Les Giboulées de la Marionnette

  IMGP3500(2)          IMGP3506

 

Cracker Jack a encore frappé! Votre fidèle envoyé spécial s'est rendu pour vous au MAMCS ce dimanche, dans le but de vous faire découvrir les ficelles d'un dispositif scénique qui sort de l'ordinaire. Julika Mayer, de la compagnie Làoù, nous présente Des nouvelles des vieilles dans le très beau cadre du hall du musée d'art moderne. Un endroit original pour une représentation, me direz-vous.

Julika Mayer traite de la relation entre la marionnette et sa manipulatrice, en établissant un lien quasi-fusionnel entre elles. Cette pièce est issue de toute une série d'enquêtes et d'interviews de femmes d'un certain âge, françaises ou étrangères, les interrogeant sur leur rapport à la vieillesse et à leur féminité, ainsi que la relation qu'elles entretiennent avec les lieux auxquels elles s'identifient.

C'est donc au MAMCS que le spectacle prend ses quartiers, le spectacle vivant dialoguant ainsi avec les toiles silencieuses de Picasso ou Kandinsky. En commençant par exposer ses marionnettes sur des socles autour desquels les spectateurs peuvent graviter, Julika Mayer joue le jeu du musée. Puis, ces oeuvres vont s'éveiller, et avec elles c'est tout le musée qui prend vie et s'anime le temps d'une rencontre. L'espace semble fait pour cette pièce qui dialogue avec lui. Des marionnettes contemporaines associées à un lieu contemporain. Et la sculpture de maisons empilées que l'on aperçoit en arrière-plan semble résonner autour de la thématique de la pièce sur l'origine, le lieu d'où l'on vient et celui que l'on habite. Cependant, la liberté donnée par l'abandon de la scène et du théâtre reste ici limitée par le rapport frontal à la pièce qui se joue devant nous.

DSCF2761.JPG          DSCF2751.JPG

La volonté de sortir le spectacle des murs est tout de même très interessante et nous permet d'adopter un autre regard, une nouvelle appréhension sur ce qu'il se passe sous nos yeux. La pièce s'enrichit de l'espace dans lequel elle évolue, et le musée prend vie le temps d'une matinée.

Votre dévoué Jack Cracker.

               Groupe1


Publié dans Hors les murs

Commenter cet article