Recette pour une marionnette réussie

Publié le par Les Giboulées de la Marionnette

 

photo-web

 

En préambule à la pièce Hôtel de rive Giacometti de la compagnie Figuren Theater Tübingen, présentée hier soir dans le cadre du festival, le tjp nous a permis de découvrir le processus de création de la pièce à travers la projection du documentaire Le mouvement, le matériau et la mécanique.

Ce film nous a montré le lien fondamental qui existe entre l'atelier et la scène durant la conception même du spectacle. L'atelier devient un laboratoire dans lequel la création est en perpétuel mouvement. En effet, la scène se nourrit de la marionnette, et celle-ci se crée au fil des répétitions.

L' univers marionnettique est constitué de matériaux de récupération qui sont l'inspiration et les fondements de la pièce. Chaque objet a son propre vécu, et raconte sa propre histoire, comme le dit Franck Soehnle, l'inventeur des marionnettes, il faut "laisser les choses raconter leur histoire." Il détourne des matériaux, des objets tels que des baleines de parapluie et leur donne une nouvelle vie, un nouvel usage.

Dans Hôtel de rive Giacometti, c'est donc l'objet qui parle, le manipulateur, bien que visible, s'efface derrière la marionnette. Il se doit d'être transparent, afin de lui laisser une plus grande liberté d'expression. Le visage du comédien, sculpté par l'argile, se déshumanise presque et devient lui-même objet, dialoguant avec les marionnettes qui l'entourent.

Pour Franck Soehnle, le caractère d'une marionnette est essentiellement déterminé par le mouvement, le matériau et la mécanique. Ce n'est qu'avec ces trois éléments qu'elle peut prendre vie et nous raconter son histoire.

 

Groupe1

Publié dans Coulisses

Commenter cet article